Baby doll

Insouciance et volupté…

Intemporelle et racée, la décoration est une invitation au temps suspendu, promesse d’une nuit sans fin. Un revival des années fastes de la fêtes à l’euphorie insouciante. Une fois la porte poussée, le visiteur est immergé dans un univers fantasmagorique oscillant dans les contrastes de mats et de brillants. Une atmosphère mystique et déjantée, sophistiquée et vénéneuse. 

On progresse en longeant les murs laqués, au sol le dessin de la moquette florale détournée de l’hôtel particulier de la rue de Verneuil. Dans le fumoir, une fresque inspirée des fumeries d’opium, au mur la brillance du verre de Murano qui reflète une lumière architecturale. Les fauteuils et banquettes invitent aux confidences entre deux danses fiévreuses. Réalisé sur mesure ce mobilier est habillé de tissus Dedar, de cuir plissé mais aussi de laiton, matériau brut et lumineux, que l’on retrouve par touche à l’instar des tables bijoux-miroir.

16 Rue Daunou, 75002 Paris

Crédit photo Hervé Gozula